Fermeture de la boutique du 4 au 20 juillet

Livraison gratuite à partir de 150$

Ouverture de la boutique de Québec à venir!

Votre panier

Votre panier est actuellement vide.

Découvrez LES REMÈDES DE GRAND-MÈRE AU QUÉBEC par l'historienne et agricultrice bio Mia Dansereau-Ligtenberg. Un livre magnifiquement illustré par Mathilde Cinq-Mars.

La racine de rhubarbe est utilisée depuis des lunes pour contrer la gingivite ; mâchouiller un bout de gingembre frais épluché atténue véritablement la nausée ; le thé de fleurs de sureau froid fait une excellente compresse pour les yeux fatigués. La cueillette de l'eau de Pâques, elle, existe depuis le début de la Nouvelle-France et consiste à aller puiser, dans un ruisseau ou une rivière, une eau aux vertus curatives.

 Jadis, au printemps, les grands-mères québécoises infusaient des aiguilles de sapin dans du lait ou de la crème, car elles sont pleines de vitamine C. Certaines faisaient macérer de jeunes pousses d'épinette dans du miel, d'autres fabriquaient des bonbons avec de la gomme de sapin. La résine, substance cicatrisante pour l'arbre, se trouve aux endroits où l'arbre a des blessures : elle était donc également utilisée comme cicatrisant pour la peau ou transformée en savon.

Les remèdes de grand-mères du Québec

Prix normal $22.95
Prix ​​à l'unité
Par 
Livraison rapide
Paiement sécurisé
Disponiblité
 

Produit expédié

Livraison rapide

Méthodes écoresponsables

Une question? On est là pour ça!

Fabriqué au Québec

Paiement sécurisé

Découvrez LES REMÈDES DE GRAND-MÈRE AU QUÉBEC par l'historienne et agricultrice bio Mia Dansereau-Ligtenberg. Un livre magnifiquement illustré par Mathilde Cinq-Mars.

La racine de rhubarbe est utilisée depuis des lunes pour contrer la gingivite ; mâchouiller un bout de gingembre frais épluché atténue véritablement la nausée ; le thé de fleurs de sureau froid fait une excellente compresse pour les yeux fatigués. La cueillette de l'eau de Pâques, elle, existe depuis le début de la Nouvelle-France et consiste à aller puiser, dans un ruisseau ou une rivière, une eau aux vertus curatives.

 Jadis, au printemps, les grands-mères québécoises infusaient des aiguilles de sapin dans du lait ou de la crème, car elles sont pleines de vitamine C. Certaines faisaient macérer de jeunes pousses d'épinette dans du miel, d'autres fabriquaient des bonbons avec de la gomme de sapin. La résine, substance cicatrisante pour l'arbre, se trouve aux endroits où l'arbre a des blessures : elle était donc également utilisée comme cicatrisant pour la peau ou transformée en savon.