Livraison gratuite à partir de 150$

Avril: séjour offert avec une facture de 300$ et plus.

Votre panier

Votre panier est actuellement vide.

Tout ce que vous devez savoir sur Samhain, cette mystérieuse fête des sorcières

Tout ce que vous devez savoir sur Samhain, cette mystérieuse fête des sorcières

Le grimoire vous ouvre ses secrets sur la fête mythique de Samhain afin de bien comprendre la Roue de l’année, cette période où les frontières entre le monde des vivants et des esprits s'effritent. La danse éternelle entre ombre et lumière nous plongera cette fois dans les rituels mystiques et les traditions envoûtantes de cette célébration ancestrale dédiée aux morts. Préparez-vous à un voyage au-delà du tangible, là où l'essence de la Samhain révèle ses secrets profonds et ses mystères voilés. 

Cette célébration remonte à environ 3 000 ans dans les contrées abondantes des peuples celtes, mais ce n’est que depuis l’apparition du mouvement Wiccan en 1950 que la Samhain renaît de ses cendres comme étant une cérémonie magique. Samhain représente la dernière étape de la Roue de l’année, le dernier rassemblement festif de l'automne, à mi-chemin entre les équinoxes d'automne et d'hiver. C’est le moment de festoyer et de célébrer la générosité des récoltes et de se préparer aux sombres journées d'hiver à venir. La frénésie d’aujourd’hui repose sur des croyances ancestrales où la barrière entre le monde des humains et celui de l’au-delà pouvait être franchie, ne faire qu’un, pendant cette période de l’année. Explorons ensemble les secrets historiques, les légendes éponymes et l'impact des croyances sur notre mode de vie d’aujourd’hui.

Les esprits de la nuit

Entre le voile ténu qui sépare les mondes du 31 octobre au 2 novembre, s'étend une période d'unicité, une fenêtre mystique où l'Irlande révèle son lien profond avec l'au-delà. . Un conviction ancienne persistait, murmurant que des démons échappaient à leur prison pour s'infiltrer par la grotte d'Oweynagat, sanctuaire mythique inscrit au patrimoine sacré par l'UNESCO. Pour conjurer ces esprits malfaisants, les villageois déposaient des offrandes aux confins des villages et des champs, tissant ainsi une toile protectrice contre les forces obscures. Les déguisements servaient de charmes protecteurs, des voiles mystiques pour échapper aux caprices des fées qui, dans leur insatiable appétit pour l'inhabituel, kidnappaient les enfants et les emportaient dans les recoins enchantés de l'Autre Monde. Ainsi, chaque déguisement, chaque offrande, chaque geste était un rituel de préservation.

Les croyances et les rites

Tous les peuples celtes concevaient une dichotomie fondamentale entre la lumière et l'obscurité, la première représentant des valeurs positives, chanceuses et fécondes et la seconde représentant des valeurs négatives, menaçantes et destructrices.

Les Celtes avaient coutume de rassembler toutes leurs récoltes à Samhain, afin qu'elles ne soient pas endommagées par les esprits mauvais ou malicieux. Parce que le peuple celtique croyaient que la barrière entre les mondes était franchissable pendant Samhain, ils préparaient des offrandes qui étaient laissées à l'extérieur des villages et des champs pour les fées, ou Sidhs.

Le voile s'amincit

Certains monstres spécifiques étaient associés à la mythologie entourant Samhain, notamment une créature métamorphe appelée Pukah qui reçoit des offrandes de récolte du champ. 

Dans l'épaisseur des légendes, émerge la mystérieuse Lady Gwyn, une figure sans tête vêtue de blanc, traquant les âmes égarées sous la lueur de la lune. Son cortège macabre résonne dans l'obscurité, escorté par un cochon noir, symbole occulte d'un destin sombre. Là où elle marche, les rêves des vagabonds nocturnes se mêlent à l'éclat de l'inconnu.

The origin of the name may have come from the Old Norse term pook or puki, which refers to a "nature spirit". In Germanic languages, such as Frisian or English, this became pucel, pook or puck.

Les Dullahan, ombres éphémères de l'au-delà, prennent parfois l'apparence d'espiègles créatures, parfois de cavaliers sans tête chevauchant des destriers aux yeux de flammes. Leur présence, un présage funèbre, dessine dans l'air une symphonie silencieuse de mort, une danse entre les mondes où le trépas se dévoile dans l'ombre de chaque galop.

Parmi les chasseurs de l'au-delà, les Sluagh, également connus sous le nom de Faery Host, hantent les nuits de Samhain, tissant une toile ténébreuse autour des âmes imprudentes. Ils surgissent de l'ouest, pénétrant les maisons avec une voracité insatiable, dérobant les essences des vivants pour apaiser leur propre inquiétude éternelle. Les Sluagh, esprits inapaisés des défunts, éveillent la terreur dans l'obscurité de cette période sacrée.

Samhain au Moyen Âge

Même après la conquête de leur royaume par les Romains, les Celtes ont continué à survivre et à prospérer dans des endroits comme la Bretagne , les Cornouailles , l'Irlande, l' île de Man , l'Écosse et le Pays de Galles.

Dans les méandres du Moyen Âge, l'évolution des célébrations des fêtes du feu résonne comme une symphonie mystique. Au cœur de cette progression, les Samghnagans, feux de joie intimes éclairant les ténèbres près des fermes, deviennent une tradition chargée de mystère. On raconte que ces flammes dansantes, baptisées du nom de Samhain, tissent une toile protectrice, un rempart flamboyant érigé pour préserver les familles des intrigues des fées et des ensorcellements des sorcières.

Samhain, l'histoire

Chaque étincelle de ces feux personnels résonnait comme un sortilège ancestral, tissant une barrière de lumière contre les forces occultes qui rôdaient dans l'obscurité. Les Samghnagans, symboles incandescents de la résistance humaine face aux mystères de la nuit, s'élevaient comme des sentinelles enflammées, inscrivant dans le ciel nocturne l'essence même de la magie qui habitait les festivités de Samhain. Ainsi, la tradition des feux personnels devenait bien plus qu'une simple lueur dans la nuit médiévale, elle devenait une incantation protectrice, une flamme éternelle contre l'obscurité des temps. Au Pays de Galles, les hommes se lançaient du bois brûlant lors de jeux violents et déclenchaient des feux d'artifice. Tandis qu’au nord de l’Angleterre, les hommes défilaient avec des bruiteurs dans les rues.

Au crépuscule de cette période de l'année, les convives se rassemblaient pour un festin où la nourriture prenait une dimension sacrée. Avant même de goûter aux délices terrestres, une invitation silencieuse s'élevait vers les ancêtres, une passerelle éthérée où les vivants et les défunts se mêlaient dans l'étreinte fugace de la nuit. Cette invitation gastronomique se nommait «Silent Supper». 

Au fil des rires d'enfants et des murmures d'adultes, un théâtre se déployait dans la salle à manger. Les jeux, façonnés pour divertir les morts, devenaient des rituels d'allégresse dans la lueur vacillante de la nuit. Les nouvelles de l'année écoulée, tissées dans la trame du temps, étaient dévoilées aux oreilles attentives des ancêtres, une communication éphémère entre les sphères de l'existence.

Les portes et les fenêtres, d'ordinaire scellées, s'ouvraient comme des portails vers l'inconnu. Les âmes défuntes, guidées par la fragrance des gâteaux laissés en offrande, franchissaient le seuil entre les mondes. C'était une nuit où les frontières s'effaçaient, où les morts pouvaient savourer les douceurs laissées par les vivants, une communion secrète entre deux réalités unies par le fil ténu de la tradition.

La Samhain christianisé

Alors que les racines païennes persistaient, l'Église catholique primitive, dans son éveil spirituel, cherchait à insuffler une nouvelle signification à Samhain au moment où le christianisme prenait possession des terres païennes.

Le pape Grégoire Ier, également connu sous le nom de saint Grégoire le Grand , qui dirigea l'Église de 590 à 604 après JC, conseilla à un missionnaire se rendant en Angleterre qu'au lieu d'essayer de supprimer les coutumes religieuses des peuples non chrétiens, ils devraient simplement se convertir. L’Église mélangeait ainsi les traditions impliquant les esprits celtes et les saints catholiques. Au IXe siècle, le pape Grégoire déplaça la célébration au temps des fêtes du feu, mais la déclara fête de la Toussaint, le 1er novembre. La fête de la Toussaint suivra le 2 novembre.

toussaint, samhain

Le pape Boniface IV au Ve siècle, tenta de déplacer la célébration au 13 mai et l'a désignée comme une journée célébrant les saints et les martyrs. Les fêtes du feu d'octobre et de novembre ne prirent cependant pas fin avec ce décret.

"Les vieilles croyances associées à Samhain n'ont jamais complètement disparu", a écrit le folkloriste Jack Santino dans un article de 1982 pour l'American Folklife Center. « Le puissant symbolisme des morts-voyageurs était trop fort, et peut-être trop fondamental pour la psyché humaine, pour se contenter de la nouvelle fête catholique plus abstraite honorant les saints. »

Aucune des deux nouvelles fêtes n’a supprimé les aspects mystique des croyances païennes de la célébration de Samhain. Cependant,  le 31 octobre est devenu connu sous le nom de All Hallows Eve, et c’est transformer sous le terme d’Halloween. Les contours mystiques de cette nuit emblématique ont persisté, embrassant les pratiques traditionnelles, jusqu'à ce que l'Amérique du XIXe siècle, telle une terre d'accueil spirituelle, accueille les immigrants irlandais porteurs de leurs traditions ancestrales à travers l'océan.

L’origines des traditions modernes

Dans les méandres mystiques de l'Halloween, l'emblème éclatant de cette célébration s'incarne dans la citrouille, mais plongeons-nous dans les secrets oubliés des temps anciens. Jadis, ce n'étaient pas des citrouilles qui illuminaient les nuits d'octobre, mais des navets, liés à des bâtons, répandant leur lueur grâce aux charbons embrasés en leur sein. Lorsque les brumes de la tradition irlandaise ont traversé l'est des États-Unis et le Canada, les navets se sont effacés pour mettre en lumière l'abondance des citrouilles, élevant ainsi ces dernières au rang de lanternes enchantées.

Au cœur de cette coutume lumineuse se trouve un rituel ancestral, où la flamme intérieure, évoquant la magie bienfaisante du soleil, danse au sein d'une citrouille évidée, symbole de la moisson. C'est une invocation, une prière silencieuse, l'espoir que la magie bienfaitrice préserve les récoltes à travers la moitié sombre de l'année, jusqu'à ce que la prochaine saison de croissance puisse rétablir l'abondance dans la communauté. Ainsi, chaque citrouille-lanterne devient le gardien éclairé de la promesse renouvelée, dans l'obscurité qui préfigure le cycle éternel de la vie et de la nature.

Au fil des brumes temporelles de Samhain, la coutume du "Trick-or-treat" américanisé résonne comme un écho ancien des rituels irlandais et écossais, tissés dans les nuits mystiques qui précèdent cette fête sacrée. autrefois, les villageois s'habillaient de masques et arpentaient les seuils, entonnant des chants funéraires dans une pratique connue sous le nom de mumming. En échange de leurs mélodies lugubres, ils étaient gratifiés de boissons enchanteresses et de gâteaux divins, appelés Soul Cakes. Ces délices sacrés n'étaient pas seulement réservés aux chants des âmes errantes, mais aussi offerts à quiconque frappait à la porte, suppliant pour un repas afin d'éviter le courroux des esprits et des farfadets malicieux.

Les farces, emblématiques d'Halloween, puisent leurs racines dans les célébrations antiques de Samhain, bien que dans ces temps lointains, elles étaient attribuées aux facétieuses fées de l'Autre Monde. Ainsi, chaque rire, chaque mystification, chaque "Trick-or-treat" résonne avec les échos de ces temps immémoriaux, où le voile entre les mondes s'amincissait et où l'humain et le surnaturel s'entrelaçaient dans une danse éternelle.

La Wicca et la Samhain

Une large renaissance de Samhain ressemblant à sa forme païenne traditionnelle a commencé dans les années 1980 avec la popularité croissante de la Wicca .

La célébration wicca de Samhain prend de nombreuses formes, des cérémonies traditionnelles du feu aux célébrations qui embrassent de nombreux aspects de l'Halloween moderne, en passant par des activités liées à l'honneur de la nature ou des ancêtres. Les adeptes wiccan, fidèle à leurs coutumes, érigront un autel avec les éléments de Samhain; noix , pommes, grenades, citrouilles, maïs, chandelles aux couleurs pourpres et noirs, et des articles appartenant ou rappelant leur défunts et ancêtres seront une ode à ce passage mystique.

samhain-wiccan celebration

Dans la tradition druidique, Samhain célèbre les morts avec une fête le 31 octobre et comporte généralement un feu de joie et une communion avec les morts. Les païens américains organisent souvent des célébrations de musique et de danse appelées Bals des Sorcières à proximité de Samhain.

Oiche Shamnhna

Dans cette tradition, Samhain est appelé Oiche Shamnhna et célèbre l'accouplement entre les dieux Tuatha de Danaan Dagda et River Unis. Les adeptes des pratiques ancestrales celtiques célèbrent cette fête en plaçant des décorations de genévrier autour de leurs maisons et en créant un autel pour les morts où une fête est organisée en l'honneur des proches décédés.


Les festivités comme Samhain ne se limitaient pas à l'Irlande, mais se déroulaient en Écosse, au Pays de Galles, en Angleterre et dans la plupart des pays d'Europe. Chaque lieu apportait sa propre touche aux traditions, mais elles étaient toutes basées sur d'anciennes pratiques païennes. Cette sensibilité ne se ressent pas uniquement sur le territoire européen, mais aussi dans les rituels ancestraux des peuples Aztèques,  Toltèques et d’autres peuples Nahua. Au Mexique, le 2 novembre est attribué à la journée des morts, communément appelé Dia los muertos les festivités du Día de los Muertos ont lieu les deux premiers jours de novembre, dans une explosion de couleurs et de joie de vivre. Le thème reste la mort, mais il s’agit de manifester de l’amour et du respect envers les membres de la famille qui ne sont plus parmi nous.

 

SOURCES:

Article précédent

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.